Dossier : Critique de la participation et gouvernementalité

L’enrôlement des gens ordinaires

L'évitement du politique au cœur des nouvelles stratégies gouvernementales ?

par John Clarke  Du même auteur

      Laurent Vannini  Du même auteur

Resumé

Les stratégies récemment adoptées pour « gouverner le social » ont fait grand cas de la participation des gens ordinaires à leurs processus. Cette foi accordée à la valeur des gens ordinaires rapproche certaines initiatives prises au Royaume-Uni, dans les domaines des services publics et de la citoyenneté, d’innovations apportées aux stratégies de développement dans les pays émergents. L’auteur s’interroge sur ce qui rend les gens ordinaires si attrayants au regard des stratégies gouvernementales. Il avance l’hypothèse que cet attrait est lié à leur posture présumée a-politique ainsi qu’à leur capacité à véhiculer des valeurs, des connaissances et de nombreuses autres ressources inaccessibles à l’État. L’auteur soutient que gouverner sans faire de politique est probablement une ambition gouvernementale, mais qu’il ne faut pas compter sur les gens ordinaires pour assumer ce rôle-là.