Dossier : La démocratie participative a-t-elle un sexe ?

La participation des femmes au niveau supranational : une citoyenneté « genrée »

par Isabelle Giraud  Du même auteur

Resumé

Cet article montre la persistante marginalisation des femmes au niveau international malgré leur contribution, depuis plus de 40 ans, à la construction d’une citoyenneté supranationale. Que ce soit en termes d’accès aux institutions, de droits, d’appartenance et de partage des responsabilités, les femmes rencontrent des obstacles et des dispositifs spécifiques qui font de la citoyenneté supranationale une citoyenneté « genrée ». Celle-ci s’explique non seulement par l’héritage d’un dispositif d’expression des femmes à part et à l’extérieur des institutions, mais aussi par la persistance de rapports de pouvoir intersectionnels et de stéréotypes liés au genre, et par les répertoires discursifs qui président à la construction de la citoyenneté supranationale au niveau onusien.

Plan de l’article
  • Un accès limité aux institutions
    • Une marginalisation historique
    • L’accès à la citoyenneté supranationale : la contribution des ONG de défense des droits des femmes
  • Un régime de droits et de devoirs spécifiques
    • Un héritage ancré dans les rapports sociaux de sexe, de race et de classe
    • Des droits politiques, sociaux, civils et reproductifs
    • Une mise en œuvre des droits limitée
  • Citoyennes de l’ONU ou citoyennes du monde ’
  • Le partage des responsabilités : de multiples acteurs, mais peu de féministes
    • Le recul des féministes
    • Le pari d’ONU Femmes : responsabiliser l’ensemble des acteurs
  • Conclusion