Dossier : Conflit et participation, le cas des choix publics territoriaux

Interprétations agonistiques, dialogiques et élitistes : participation et conflit dans trois cas en Italie

par Gianfranco Pomatto  Du même auteur

Resumé

Le débat sur les relations entre processus participatifs et conflits s’organise autour de trois interprétations : une lecture dialogique qui considère que la participation résout ou réduit les conflits en dégageant des bénéfices collectifs ; une lecture antagoniste qui soutient, au contraire, que l’atténuation du conflit que ces processus engendrent est négative, car elle sert les politiques conservatrices ; et une lecture élitiste qui, en revanche, craint qu’ils conduisent à l’intensification des conflits. Reposant sur un bilan des études empiriques et sur une analyse de trois cas en Italie, cet article soutient que chacune de ces trois interprétations est insuffisante, et que pour faire progresser la compréhension de la relation entre processus participatifs et conflits, il est nécessaire d’élargir l’analyse empirique, en adoptant une approche qui soit capable d’appréhender les pratiques à la lumière des principales interprétations disponibles, montrant dans quelle mesure chacune d’elles est en capacité d’expliquer une partie des évidences empiriques.

Plan de l’article
  • Trois interprétations sur la relation entre participation et conflit
    • L’interprétation dialogique
    • L’interprétation antagoniste ou agoniste
    • L’interprétation élitiste
  • Participation et conflit dans trois expériences italiennes
    • La commission de parties prenantes pour une usine de traitement de déchets urbains à Gênes
  • Le débat public sur la « Gronda » de Gênes
    • Le jury de citoyens sur la construction d’une usine de traitement de déchets industriels à Castelfranco
    • Ce que les trois cas nous apprennent
  • Conclusion