Varia

Union sacrée ou union forcée ? Les parlementaires belges face à l’impératif délibératif

par Vincent Jacquet  Du même auteur

      Nathalie Schiffino  Du même auteur

      Min Reuchamps  Du même auteur

      Delphine Latinis  Du même auteur

Resumé

Dans le cadre des mutations de la démocratie, les conceptions qu’ont les élus de la représentation politique et de la participation citoyenne méritent d’être analysées, car elles permettent de comprendre la potentielle insertion de nouvelles formes démocratiques dans les régimes parlementaires actuels. La position des élus oscille entre méfiance et usage des dispositifs de démocratie participative. Grâce à une méthode qualitative de codage d’entretiens avec des parlementaires fédéraux belges, nous montrons que les représentants nationaux ne partagent pas tous la nécessité d’une participation citoyenne. Ils soulignent que la politique demande une compétence technique ainsi qu’une forme de professionnalisation afin de comprendre les enjeux et les contraintes liées à la gouvernance moderne. Les discours des parlementaires diffèrent néanmoins sur la question de la place à accorder aux citoyens, ce qui invite à distinguer trois profils idéal-typiques : élitiste, corporatiste et hybride.

Plan de l’article
  • Les ressorts d’une position ambiguë
  • La démocratie représentative belge comme cas d’étude
  • Étudier le discours des parlementaires
  • Les parlementaires, la représentation et la participation
    • La posture élitiste
    • La posture corporatiste
    • La notion ambiguë de démocratie participative
    • Vers une posture hybride
  • Conclusion
  • Description de l’arbre thématique