Varia

Donner la parole aux étrangers ? De la création d’une participation politique à l’usage ethnicisé de la catégorie d’« étranger » par les municipalités

par Anouk Flamant  Du même auteur

Resumé

Cet article s’intéresse à deux conseils de résidents étrangers existants dans les villes de Nantes et de Strasbourg dans les années 2000. Il questionne l’usage paradoxal de la catégorie d’« étranger » par les pouvoirs publics. En premier lieu, cet article permet de comprendre comment une citoyenneté territoriale est définie par l’intermédiaire de ces instances participatives. Ensuite, il révèle le fait que la distinction entre « national » et « étranger » est inadéquate pour comprendre quelle est la population ciblée par ces conseils. Ainsi, cet article démontre comment les villes ont recours à des critères ethniques au sein de la République française pour définir le public de leurs politiques d’intégration et de lutte contre les discriminations. Finalement, cet article vise à comprendre l’utilisation de critères ethniques dans les politiques publiques françaises.

Plan de l’article
  • La construction d’une citoyenneté de résidence au sein de la rhétorique de l’universalisme républicain
    • Des conseils de résidents étrangers comme lieu d’expression politique
    • Entre citoyenneté individualiste et promotion de représentants des communautés étrangères
  • Qui est « étranger » dans la cité ’ Une définition ethnicisée des frontières de la citoyenneté
    • Des « étrangers » faiblement exclus de la vie de la cité
    • Un usage paradoxal de la catégorie d’« étranger » pour administrer les minorités ethniques
  • Conclusion