Dossier : Un tournant participatif mondial ?

Les circulations transnationales de l’ingénierie participative

par Alice Mazeaud  Du même auteur

      Magali Nonjon  Du même auteur

      Raphaëlle Parizet  Du même auteur

Resumé

À partir d’une lecture croisée des articles rassemblés dans ce dossier, cette introduction interroge l’existence d’un « tournant participatif mondial » en analysant les dynamiques transnationales de circulation verticale (de l’international vers le national ou le local) et horizontale (territoires entre eux, acteurs appartenant aux mêmes espaces institutionnels et sociaux) de l’ingénierie participative. En situant l’analyse de ces dynamiques circulatoires au croisement des travaux de sociologie et d’anthropologie (circulation des formes démocratiques et sociologie fine des acteurs de la circulation), de sociologie des sciences (circulation des innovations) ainsi que ceux de science politique (transnationalisation des politiques publiques), cet article invite d’une part à relativiser la dimension coercitive exercée par les organisations internationales développée par les approches critiques de la « tyrannie » de la participation. D’autre part, à rebours d’une vision trop déterministe qui fait de l’appropriation du discours et des pratiques participatives par les acteurs locaux le signe mécanique de leur adhésion à la rhétorique participative, l’article met en exergue la pluralité des investissements, plus ou moins intéressés, dans la participation. Enfin, la valorisation systématique de « bonnes pratiques » et d’expériences modèles dans les processus circulatoires étudiés conduit à mettre l’accent sur le rôle des réseaux professionnels et les usages stratégiques de l’international dans le cadre de la compétition entre les territoires.

Plan de l’article
  • Penser les dynamiques de la circulation : enjeux théoriques et méthodologiques
    • La circulation : l’apport analytique d’un « leitmotiv académique »
    • Les terrains locaux de l’étude des circulations transnationales de l’ingénierie participative
  • La « tyrannie » de la participation : une « libre conformation » ’
    • L’interdépendance des organisations internationales et des acteurs locaux autour de la mise en œuvre de la participation
    • De la légitimation de la rhétorique participative au gouvernement à distance
  • Le « jeu des bonnes pratiques »15 : entre professionnalisation et compétition
    • Consolidation et professionnalisation de l’expertise participative
    • Labellisation, concurrence et mimétisme : les logiques de compétition
  • Conclusion

Autres articles du dossier Dossier : Un tournant participatif mondial ?