Dossier : Un tournant participatif mondial ?

Les pionniers de la participation au Maroc. Espace de reclassement et constitution d’un savoir autonome

par Eric Cheynis  Du même auteur

Resumé

Cet article est consacré aux agents qui fondent leur position sur l’élaboration, la promotion et la mise en œuvre, au Maroc, de la participation, afin d’en écarter toute approche téléologique, ou diffusionniste et désincarnée car sans acteur. Il porte sur une période particulière – la décennie au tournant du xxe siècle – avant que ne s’institutionnalisent des dispositifs, des pratiques et des rôles. Dans ce contexte, il met au jour le rôle d’intermédiaires qui ont contribué à importer au Maroc la participation tout en s’imposant comme des experts de cette dernière. L’analyse aborde la participation comme un espace de reclassement social et professionnel et spécifie les compétences nécessaires à une « entrée en expertise » : expériences professionnelles antérieures, connaissances du terrain, savoirs académiques mais aussi passé militant. Au final, l’article met en relation deux histoires à l’origine de l’invention de positions sociales nouvelles : celle de rôles et de postes en train de se faire et liée à une offre de participation de la part de bailleurs étrangers et celle des hommes et des femmes qui les occupent.

Plan de l’article
  • Une offre de postes ou la constitution d’un savoir spécifique et autonome ’
    • L’importation d’outils, de savoirs et de savoir-faire
    • Le recrutement de nouveaux profils ou la valorisation d’une connaissance de l’associatif
    • Les réappropriations paradoxales de la participation par l’État
  • Un espace de reclassement pour préserver son autonomie
    • Un espace de reclassements politiques et militants
    • La reconversion de capitaux académiques
    • La poursuite de carrières administratives : réformer l’État de l’extérieur