Dossier : Participer aux États-Unis : les town meetings

Le mirage démocratique du town meeting américain

par Michael Zuckerman  Du même auteur

      Xavier Blandin  Du même auteur

Resumé

La mythologie américaine voit dans les town meetings de Nouvelle-Angleterre la source de sa démocratie. Mais le droit de vote n’est offert à la majorité des hommes que comme unique moyen de maintenir l’ordre social. Sans roi ni aucune autorité traditionnellement établie, les colons ne peuvent se gouverner que par l’opinion publique. Ce gouvernement par consentement commun ne devrait pas être assimilé à une démocratie au sens moderne ; les désaccords sont interdits, la confrontation éludée, et la loi de la majorité n’est pas respectée. Les meetings sont fondés sur une conformité et une homogénéité qui nous paraîtraient aujourd’hui étouffantes.

Plan de l’article
  • La démocratie provinciale
    • Indispensable contexte
    • Des communautés sans astreinte
    • Logiques d’inclusion et d’exclusion
  • Une démocratie sans démocrates
    • Le rejet du pluralisme
    • Des assemblées sans majorité
    • Les town meetings aujourd’hui