Dossier : Démocratiser la mesure : les indicateurs participatifs

Entre ingénierie de la participation et ingénierie de la quantification. Quand les conventions de richesse sont mises en débat

par Florence Jany-Catrice  Du même auteur

      Samuel Pinaud  Du même auteur

Resumé

À partir à la fois d’une réflexion sur les nouveaux indicateurs de richesse et d’une expérimentation réalisée dans le cadre d’une recherche-action, nous analysons les formes d’expression de la participation au sein de différents processus de quantification liés à un objectif de pilotage de l’action publique. Plutôt que de porter le regard sur les usages des chiffres dans l’action publique, l’article analyse les formes de la participation en amont, au cœur du processus d’élaboration des indicateurs sur lesquels s’appuie la décision publique. Nous revenons sur les conceptions de la démocratie sous-jacentes aux processus de mise en chiffre des opinions analysées, et proposons une réflexion sur le lien entre techniques de quantification et formes possibles de la « participation ».

Plan de l’article
  • Participation, indicateurs et enjeux macroéconomiques
    • Le « sondage » comme modalité d’expression démocratique directe
    • La délibération comme marque d’une voix collective ’
  • Les formes de la participation dans les quantifications de l’utilité sociale
    • L’évaluation de l’utilité sociale comme convention de richesse
    • Démocratie de sondage : expérimentation autour d’un projet d’habitat participatif
    • Faire participer à la quantification monétaire de l’utilité sociale produite : expérimentation autour de la microfinance
    • Concerter pour produire un tableau de bord multidimensionnel : retour sur une expérimentation de quantification de l’utilité sociale des circuits courts alimentaires
    • Commentaires
  • Conclusion