Dossier - Le référendum : au nom de la démocratie ?

Introduction. Référendums, délibération, démocratie

par Laurence Morel  Du même auteur

      Marion Paoletti  Du même auteur

Resumé

Les référendums sont étrangement absents du mouvement participatif contemporain, probablement au nom de la délibération, avec laquelle ils sont jugés incompatibles. Pourtant ils cumulent de nombreux avantages (participation plus ample que les autres outils participatifs, conclusion par une décision, légitimité potentiellement élevée des décisions référendaires), et ils sont en recrudescence. L’introduction, tout en présentant les articles du numéro, examine la pratique référendaire (en augmentation), expose les critiques des délibérationnistes à son encontre et s’efforce d’y répondre : les référendums ne sont pas si clivants qu’il est prétendu, ils peuvent aider à résoudre des crises, et les décisions référendaires ne sont pas non plus forcément des décisions incompétentes. Surtout, certains référendums récents, grâce à quelques aménagements, se révèlent plus conformes aux critères de la délibération, et au-delà des décisions qu’ils produisent, les référendums peuvent avoir un impact sur le système politique qui va dans le sens d’une démocratie plus délibérative.

Plan de l’article
  • Utilisation de fait en Europe, résistance en France
  • La critique délibérationniste du référendum
  • Réponse aux arguments des délibérationnistes
  • Vers des « référendums délibératifs » ’
  • Les fonctions du référendum dans une démocratie délibérative

Autres articles du dossier Dossier – Le référendum : au nom de la démocratie ?