Dossier : La démocratie des territoires de l’eau

Des connaissances aux décisions : la mise en œuvre des directives européennes sur l’eau douce et marine

par Gabrielle Bouleau  Du même auteur

      Caitríona Carter  Du même auteur

      Arnaud Thomas  Du même auteur

Resumé

Cet article compare l’effet d’une forme de « participation performative » sur la nature et l’usage de savoirs lors de la mise en œuvre de la Directive-cadre sur l’eau (DCE) par comparaison avec la mise en œuvre de la Directive-cadre stratégie milieu marin (DCSMM) en Nouvelle Aquitaine. Les deux directives promeuvent une approche écosystémique à l’égard de la participation, mais donnent peu d’éléments sur sa mise en pratique. Pour saisir comment les acteurs ont agi, d’une façon comparative, nous mobilisons un nouveau cadre conceptuel (les 4A) qui distingue : (1) l’Acquisition des connaissances et des ressources politiques, (2) leur Agrégation, (3) leur usage dans l’Argumentation de la décision et (4) leur Accumulation. Les résultats montrent comment les différentes formes de médiation en lien avec une approche écosystémique peuvent construire deux nouveaux types de « publics » dans la gouvernance de l’eau.

Plan de l’article
  • La participation et l’approche écosystémique : vers une nouvelle forme de démocratie « alternative » ’
  • Observer les médiations entre connaissances et décision dans les dispositifs participatifs : le cadre conceptuel des 4A
    • Les médiations en jeu pour l’acquisition des connaissances
    • Les médiations qui organisent l’agrégation des connaissances
    • Les médiations à l’œuvre pour l’argumentation des décisions
    • Les médiations en jeu dans l’accumulation des connaissances utilisées pour la décision
  • L’Acquisition des connaissances pour le SAGE (DCE) et le PAMM (DCSMM)
  • Les nouvelles modalités d’Agrégation des connaissances
  • L’Argumentation des décisions
  • L’Accumulation des connaissances pour la décision
  • Conclusion