IV. Le monde contemporain

La sélection des mini-publics entre tirage au sort, motivation et disponibilité

par Jean-Michel Fourniau  Du même auteur

Resumé

La multiplication des mini-publics comme instruments emblématiques d’une démocratie plus délibérative se prévaut des propriétés attachées au tirage au sort censé, depuis l’antiquité, bannir l’auto-sélection et garantir au contraire l’égalité, l’imprévisibilité et l’impartialité de la sélection et, de surcroît, du point de vue contemporain de la théorie délibérative, une meilleure inclusivité. Or, cet article le montre en analysant un cas précis à la lumière de la littérature internationale, le processus de recrutement d’un mini-public, généralement qualifié de « tirage au sort », s’avère en fait fabriquer une sélection de personnes au bout du compte volontaires, les différences entre participants et non-participants apparaissant suffisamment importantes pour influencer la dynamique de la délibération. Le processus combine un tirage au sort initial, souvent non aléatoire, avec l’auto-sélection des participants en fonction de motivations diverses et d’une disponibilité aux dates fixées, et leur enrôlement de manière à fabriquer la représentativité du mini-public. L’enrôlement des personnes tirées initialement au sort les mobilise différemment selon leurs motivations à participer à un exercice collectif et délibératif, selon leur activité sur Internet quand il s’agit déjà d’adhérents à un panel d’internautes, selon le sujet traité et les conditions du mini-public (en particulier la rémunération de la participation). Le mixage entre tirage au sort, motivation et disponibilité biographique sélectionne préférentiellement des « citoyens délibératifs » qui attachent plus d’importance que les non-participants à exprimer leur avis, prennent plus plaisir à participer à un exercice collectif pour le faire, craignent moins l’expression du désaccord politique en face-à-face et sont plus disposés à évoluer dans leurs opinions du fait de la valeur sociale qu’ils attribuent à la discussion collective.

Plan de l’article
  • Les propriétés du tirage au sort des mini-publics
    • Des mini-publics inclusifs et délibératifs
    • Les conférences de citoyens : un dispositif d’intelligence collective
  • Le recrutement d’un mini-public : un processus mixte plutôt qu’un tirage au sort
    • Les modalités de recrutement de la conférence de citoyens sur les déchets radioactifs et le projet Cigéo
    • Les caractéristiques sociodémographiques des 17 citoyens de la conférence : des écarts notables à la structure initialement prévue
    • Les déformations de la structure sociodémographique au cours du processus de sélection du mini-public
    • Un processus de sélection très fabriqué
  • Un biais de sélection des mini-publics en faveur d’une appétence des participants pour la discussion collective
    • Les motivations à participer
    • Les types de positions prédélibératives
    • L’unimodalité des préférences
  • Conclusion : des dispositions délibératives pour participer à un mini-public